Crazy Orc, jeu de rôles et de figurines à Lyon
Vous êtes ici : Accueil » Jeux » Jeux de rôles » Eric de Courcelles par The Marvel Times

Eric de Courcelles par The Marvel Times

D 22 février 2009     H 22:08     A Morrigan     C 0 messages


agrandir

Partout pour suivre les pérégrinations de nos chers... trucs... mutants ? Allez, disons humains évolués — parfois on se le demande (rires) —, TMT [1] était là quand notre groupe interviewa le très célèbre et non moins sexy Eric de Courcelles qui répondit a leur questions avec la patience et le flegme qu’on lui connait, il vous rapporte ici ses mots et ses impressions.

TMT :

  • M. de Courcelles, vous êtes un homme d’image, de people, de goût, oserais-je dire, pourquoi donc vous entrainer dans une histoire aussi rocambolesque que celle dans laquelle se sont plongés nos mutants ?

Eric de Courcelles :

  • Je ne manques pas de moyens et jusqu’ici je n’ai jamais reculé à aider des mutants, je ne vois pas pourquoi j’aurais fait autrement cette fois-ci.

T :

  • Mais tout de même, on va bien au delà de l’implication que vous aviez eue jusqu’alors, on raconte qu’on vous vît presque en première ligne, cette fois-ci.

E :

  • Je n’ai pas hésité un instant, après tout, je suis aussi impliqué qu’eux dans cette affaire.

T :

  • Puisque vous amenez le sujet, quel intérêt avez vous à cette affaire ?

E :

  • Affaire c’est bien le mot, je dirige une des plus grosses puissance de cette planète, pensez vous sincèrement que je vais les laisser se partager le monde entre puissances qui se disent supérieur sans défendre les valeurs qui ont été les miennes et celles de mes entreprises jusqu’ici ?

T :

  • Donc vous admettez que votre aide n’est pas totalement dénuée d’intérêt.

E :

  • Qui peut prétendre le contraire dans la conjoncture actuelle ? J’essaie seulement de tirer mon épingle du jeu dans le respect des partis qui suivent les même règles que moi.

T :

  • Alors de quel côté êtes-vous ?

E :

  • Le mien. Je n’ai aucun intérêt a voir les choses changer et le monde dominé par une faction ou une autre, je voudrais parler plus conceptuellement, je dirais que je suis du côté du libre arbitre.

T :

  • Vous parlez de factions mais que savez-vous d’elles ?
JPEG - 39.4 ko
Éric de Courcelles

E :

  • Et bien asseyez vous car ça risque d’être un peu long... il entame alors son récit :

Au début il n’y avait que le Chaos qui engendra Éros, Héméra, Nyx, Érèbe, notamment Gaïa, etc. Gaïa engendra Ouranos avec qui elle eut les 12 Titans. Il prit aussi l’habitude d’avaler ses propres enfants mis au monde par sa sœur Rhéa car sa mère, Gaïa, avait prophétisé que, comme son père, il serait détrôné par un de ses enfants.

À nouveau enceinte, Rhéa se réfugie en Crète et met au monde son dernier né, Zeus, dans une caverne du Mont Ida, et afin de le protéger de son père, elle donne à celui-ci une pierre enveloppée d’un lange en prétendant qu’il s’agit là du dernier-né. Zeus, bébé, est nourri par la chèvre Amalthée et élevé par les nymphes Ida et Adrasthée. Les Curètes devaient faire un bruit permanent afin que Cronos n’entende pas son fils pleurer.

Devenu adulte, Zeus se révolta contre la tyrannie de son père. Il demanda tout d’abord à l’Océanide Métis de l’aider ; celle-ci fit avaler à Cronos un puissant vomitif et ce dernier se mit à rendre d’abord la pierre puis les enfants qu’il avait avalés. Ensuite, avec l’aide de ses frères, Zeus engagea la Titanomachie, la guerre contre Cronos et les Titans qui lui étaient restés fidèles.

Cette guerre ne fut pas une succession de victoires et durant des années, les dieux durent se réfugier dans le verdoyant lit du Nil dans un pays nommé Égypte. Possédant des corps d’animaux, ils vécurent ainsi dans la région, initiant une nouvelle religion, investissant les lieux de leur pouvoir. C’est ainsi qu’une fois déserté, les enveloppes abandonnées conservèrent les vestiges des pouvoirs des Olympiens et commencèrent à avoir une identité propre. Ils furent alors oubliés le temps de la Titanomachie.

Mais les Olympiens n’étaient pas du genre a se satisfaire de leur seul domaine, seulement quand ils se retournèrent vers l’Égypte après s’en être désintéressé, ils durent se rendre à l’évidence que d’autres assumaient à présent le rôle qu’ils avaient dénigré.

Après un long débat, il fut décidé que les Nyléens devaient être détruits, comme ils auraient du l’être au départ. S’en suivit une guerre fracassante qui perdure encore aujourd’hui pour la survie des deux peuples. C’est pourquoi les mutants ont été créés par les Olympiens afin de reprendre pied avec toute leur puissance quand ils n’étaient qu’en sommeil jusqu’à présent. Les Nyléens, moins puissants eux n’ont cessé d’exister mais face à la monté de Dieu ou l’Unique, ils durent faire profil bas pour pouvoir survivre…

T :

  • Vous croyez sérieusement à la véracité historique de ces mythes ?

E :

  • Nous avons vu des hommes-oiseaux voler dans le ciel de Paris et le Vatican a été purement et simplement annihilé, vous pensez encore qu’il y ai quelque chose d’impossible dans ce monde ? un sourire éclaire son visage.

T :

  • Dit comme ça c’est vrai que je peux difficilement vous contredire... Vous pensez utiliser la puissance mutant pour vous même ?

E :

  • Je n’ai personnellement aucun besoin de divinisation à assouvir, mais j’emploie des mutants comme des humains dans mes entreprises, il n’y a aucune raison pour que ces mutations change le fait qu’on puisse toujours tomber sur des gens avec qui on peut travailler et d’autre avec qui s’est impossible.

T :

  • Vous ne cachez pas avoir employé des mutants afin de transférer des œuvres d’art, notamment égyptiennes, au sein de votre établissement de Saint Anne ?

E :

  • Non, pourquoi ? Je n’ai rien à cacher et je vais vous faire une confidence, j’emploie aussi des homosexuels, des noirs et des juifs. J’ai fait l’acquisition de nombreuses œuvres après la clôture du Louvre.

T : Rire gêné

  • Pardonnez moi ce n’est pas ce que je voulais dire... mais on reconnait bien là, votre griffe. D’ailleurs en parlant de ça, deux questions que toutes nos lectrices se posent, d’abord : devons-nous déplorer la perte de notre beau parti préféré à la cause des libres et la seconde, et ensuite mutant ou humain ?

E :

  • J’ai peur en effet de devoir vous annoncer qu’en plus d’être un simple humain, je ne suis plus à compter dans les partis à prendre.

Hélas donc, c’est endeuillée que repartira notre enquêtrice, un sourire conquis aux lèvres.


[1The Marvel Times