Crazy Orc, jeu de rôles et de figurines à Lyon
Vous êtes ici : Accueil » Souvenirs » Jeux de Rôle » Donjons & Dragons » D&D - La première campagne » Szith Morcane

Szith Morcane

D 9 février 2003     H 10:21     A nunch     C 0 messages


L’arrivée de Silence Crèvecoeur, personnage pour le moins étrange et énigmatique.

Silence Crèvecoeur

La lame de l’assassin s’enfonça dans le dos de sa victime et lui transperça le cœur. L’homme s’écroula sur sa table dans un râle de douleur et ses convulsions firent se renverser un pot d’encre. Comme mû par une volonté propre, le liquide sombre glissa jusqu’à la flaque de sang pour s’y mélanger.

Silence Crèvecoeur essuya sa dague sur les vêtements du cadavre. Sa victime, un marchand, avait eut l’affront de refuser de vendre un superbe tapis venant de la lointaine Kara-Tur à un noble, prétextant qu’il était déjà réservé à une autre personne. Pour laver cet affront, le noble avait alors engagé l’assassin. Celui-ci, toujours intéressé par un boulot facile et bien payé, s’était empressé d’accepter. Et maintenant le marchand était mort, affalé sur sa table de travail.

L’assassin chercha rapidement le tapis tant désiré par le noble, et le fourra dans un sac de contenance fournit par ce dernier. Ce genre de sac magique était bien utile. Il était possible d’y transporter des objets bien plus lourds et volumineux que le laissait supposer la taille du sac. Cela permettrait à Silence de passer inaperçu dans la rue plutôt que de se balader avec un tapis sur l’épaule.

L’assassin s’apprêtait à quitter la demeure du marchand lorsqu’un papier attira son regard. C’était une carte détaillée de la région du Valdague et elle indiquait le chemin jusqu’à un endroit nommé les cryptes de Dordrien. Une note accompagnait la carte. Bien que tachée par le sang et l’encre, il était encore possible d’y lire quelques phrases.

« Bien qu’oubliées ou ignorées par les habitant du Valdague, les cryptes sont assez faciles à trouver. Il suffit de suivre un sentier vers le sud-ouest depuis les Chutes de la Dague et de ... très anciennes et peu visitées, de nombreux trésors sont susceptibles de s’y trouver encore... »

Très intéressé, Silence empocha les papiers et sortit. Silencieux comme une ombre, il s’engagea dans les rues sombres et crasseuses de Château Zhentil. Se dissimulant à la vue d’un groupe de clercs de Baine qui passait par là, il se dirigea vers la luxurieuse maison du noble qui l’avait engagé. La soirée s’annonçait fructueuse. Il allait empocher une bonne bourse d’or, et les papiers qu’il venait de récupérer le mèneraient sûrement à un butin facile.

Dans les cryptes

Quelques jours plus tard, Silence avait bien trouvé les cryptes. Mais au lieu d’y découvrir des trésors, il était tombé sur un groupe d’elfes noirs qui s’étaient empressés de le capturer. Au début ils voulaient l’achever sur place, mais leur chef avait changé d’avis au dernier moment. Par chance, l’assassin comprenait le commun des profondeurs et il avait pu saisir quelques propos échangés. Apparemment, il allait être ramené à une prêtresse pour être sacrifié. Finalement, une mort rapide lui aurait largement suffit car il savait combien les prêtresses, qui dirigeaient pratiquement toute la société des drows, pouvaient être excessivement cruelles.

Sur la toile

Les drows avaient conduit Silence Crèvecoeur à travers les cryptes de Dordrien jusqu’à un gouffre où était tendue une immense toile d’araignée [1]. De là, ils étaient descendus jusqu’à des salles creusées dans la paroi du gouffre. Il semblait y avoir ainsi plusieurs réseaux de salles creusées à divers niveaux du gouffre. Et les drows utilisaient la toile géante pour aller d’un réseau à l’autre.

L’assassin avait été mené au niveau des baraquements des gardes, puis dans une salle où il avait été torturé par une prêtresse au plus grand amusement de ses kidnappeurs. Ensuite, il avait été jeté dans une cellule. Cela faisait maintenant plusieurs heures qu’il y était. Bien sûr, Silence avait plus d’un tour dans son sac, et il avait un moyen de s’échapper. Mais en attendant, il préférait récupérer ses forces et réfléchir à un moyen de se venger. Car il allait se venger de ses tortionnaires et même plus si possible.

Quand il se sentit suffisamment vigoureux, l’assassin se releva. Il allait pouvoir s’échapper, bien qu’il soit débarrassé de toute possession et enchaîné au mur. Il avait toujours dans la bouche une fausse dent qu’il lui suffisait de mordre pour la percer. Dedans il y avait un liquide très concentré de potion de forme gazeuse. Cette fausse dent lui avait coûté une fortune. Il avait l’avait achetée à un alchimiste ingénieux dix fois le prix d’une potion de forme gazeuse normale. Mais aujourd’hui elle allait lui sauver la vie.

Silence délogea la dent de son emplacement avec sa langue et mordit. Il avala le liquide qui avait un arrière-goût de framboise (toutes les potions qu’il achetait à cet alchimiste avaient un arrière-goût de framboise, c’était sa signature) et sentit aussitôt son corps perdre de sa contenance. Il avait l’impression de perdre du poids à une vitesse étonnante. Sa vision se déforma très légèrement mais cela ne le gêna pas. Il lui fallu quelques secondes pour comprendre qu’il pouvait se mouvoir pas sa propre volonté. Tel un filet de fumée il s’échappa de ses entraves et se sentit flotter en direction de la porte, passa par l’interstice et s’engagea dans le couloir. Se faufilant en collant au plafond des couloirs et salles pour ne pas être repéré, l’assassin sortit du niveau et remonta le long de la toile d’araignée. Et en arrivant à la grotte du haut, il découvrit un groupe d’aventuriers. Il avait peut-être trouvé le moyen de se venger.


Un nouveau compagnon

Le groupe finissait de se reposer. Eclairés par la seule lueur de la torche magique d’Enael, Kary et Enoch entreprirent de préparer la suite de leur expédition. Encore trop secoués par la perte de la barde, le nain et le druide restaient immobiles dans leur coin, recroquevillés sur eux-mêmes.

Enael vit alors un petit nuage s’approcher d’eux. Redoutant quelque fourberie de la part des elfes noirs, il fit signe à ses compagnons de se tenir prêts. Le nuage s’élargit et changea de forme tout en devenant de plus en plus opaque. Finalement, quand la transformation fut achevée, ils découvrirent un homme peu habillé à la peau azur et des cheveux ondulés dressés sur la tête comme s’ils flottaient au gré d’une petite brise.

L’assassin regarda les compagnons les uns après les autres, presque méprisant. Enael s’adressa à lui.

  • Qui es-tu et que fais-tu là ?
  • Je m’appelle Silence Crèvecoeur. J’étais retenu captif par les drows mais j’ai réussi à m’échapper grâce à ma grande intelligence.

Enael plissa les yeux. Il n’aimait pas l’air arrogant de ce personnage.

  • Pour moi, tu m’as l’air d’être un elfe aquatique. Voir même un drow aquatique... tu pourrais être un espion envoyé par les elfes noirs, feignant d’être l’une de leurs victimes.
  • Non, ce n’est pas un elfe et les drows aquatiques n’existent pas, intervint Enoch. Et Kary te le confirmera. L’archère hocha la tête en signe d’acquiescement.
  • L’elfe a vu juste, répondit l’assassin. Je suis un demi-élémentaire de l’air. Les personnes de ma race sont rares mais non moins dangereuses que les autres. Pour l’instant je vous prie de bien croire mon histoire et de me permettre de me joindre à vous. Seul et dans l’état où je suis, je ne pense pas pouvoir survivre bien longtemps. De plus, je connais la configuration du niveau des baraquements des drows et mes informations vous seront utiles.

Les aventuriers se concertèrent. Ce nouveau compagnon pouvait en effet leur être utile. Il remplacerait la barde et l’absentéisme temporaire du nain et du druide toujours sous le choc de la perte de leur amie. Finalement ils donnèrent leur accord au demi-élémentaire.

Les héros fournirent un peu d’équipement à l’assassin qui exposa ses connaissances du complexe drow aux autres. Il leur dit que les elfes noirs se tenaient sur leurs gardes depuis que les aventuriers avaient pénétré dans leur avant-poste. Plusieurs soldats ainsi qu’une créature dépourvue de peau les attendaient en embuscade dans l’une des salles du niveau des baraquements.

Pendant qu’Enael et Kary montaient la garde, Silence et Enoch mirent un plan sur pied. Silence avait la capacité naturelle de lévitation et le sorcier pouvait lancer le sort. Pour déplacer les deux aventuriers, le pseudodragon d’Enoch s’en chargerait. De plus il leur restait des potions de pattes d’araignées pour Enael et Kary. Ainsi ils pourraient approcher silencieusement des baraquements sans passer par la toile géante et surprendre les drows en embuscade. Ils passèrent encore un peu de temps à peaufiner leur plan et le mirent en application.

Quelques minutes plus tard, ils étaient au niveau des baraquements, dans la grotte qui donnait sur le gouffre. Au fond, un couloir taillé dans la roche s’enfonçait dans les profondeurs obscures. Mais grâce aux informations de l’assassin, les héros savaient que quelques mètres plus loin il y avait une pièce où les attendaient les drows et leur ignoble créature mort-vivant suintante d’acide.

Utilisant la configuration du terrain pour être dissimulé au maximum, Enoch lança un éclair. La trace lumineuse du sort leur dévoila plusieurs drows qui tentèrent tant bien que mal d’esquiver, sans trop de succès. Un mage drow sorti de l’ombre pour répliquer avec ses propres sorts mais Enoch avait un avantage certain et il était déjà en train d’enchaîner sur un sort de boule de feu. L’explosion résonna dans le souterrain.

Ne laissant aucun répit à leurs ennemis, les compagnons chargèrent, Enael en tête. Quand ils débouchèrent dans la salle, plusieurs cadavres d’elfes noirs jonchaient le sol. Cependant deux soldats, leur lieutenant et le quth-maren [2] avaient survécu. Connaissant le danger que représentait la créature, Enael chargea le monstre sans peau, aidé par les traits mortel de Kary. Silence quand à lui fonça sur le capitaine. Il allait lui faire payer chèrement la torture. Pendant ce temps, Enoch se chargea des deux soldats, les bombardant de projectiles magiques.

Bien préparés, les aventuriers sortirent rapidement victorieux du combat. L’assassin avait failli recevoir un coup mortel du lieutenant, qui était un guerrier aguerri, mais il s’en était sorti. Le quth-maren gisait aussi sur le sol, transformé en pelote d’épingles.

Les cachots

Les héros soignèrent leurs blessures et entreprirent de fouiller les corps pour récupérer d’éventuelles potions de soins ou de l’or. Ensuite, ils fouillèrent le niveau qui n’était pas très vaste. Les cellules étaient toutes vides. Les autres pièces, principalement des dortoirs, étaient désertes. Soit les drows étaient morts, soit ils étaient à un autre niveau du complexe. Les aventuriers n’avaient rien trouvé de vraiment intéressant si ce n’est un peu d’or. Cependant dans la chambre des officiers, Enoch fouilla dans un tas de papiers et dénicha une lettre.

Indrizil,

Tu es sûrement au courant de la chute de Maerimydra, et peut-être te poses-tu des questions sur ma sécurité. Visiblement, j’ai survécu au pillage de la cité mais de justesse. La cité est tombée aux mains de simples monstres - les prêtresses de la Reine Araignée ont laissé la cité dans un tel état de frayeur que, avec leurs pouvoirs disparus, ses défenseurs n’ont pas pu résister aux forces de gobelins, ogres et géants. Nous avons tenu nos places fortes un certain temps sans les clercs, mais alors la Maison Chûmvah a été renversée de l’intérieur, et ainsi nous avons été vaincus.

Je t’écris maintenant de Szith Morcane, l’ancien avant-poste au nord et à l’ouest de la cité. Peut-être viendras-tu me rendre visite - bien que je doive dire que si tu as toujours foi en Lolth tu ne seras pas la bienvenue par celles qui dirigent ici désormais. Les prêtresses de la Reine Araignée ont trouvé un nouveau rôle ici, et je pense que tu ne vas pas trop l’apprécier.

Je ne sais pas si tu t’accroche toujours à l’espoir que la Reine Araignée va te rendre - ou plutôt va tous nous rendre - ses faveurs, mais si c’est le cas, je te prie de reconsidérer la question. Il n’est pas trop tard. La Dame des Morts t’acceptera, tout comme elle a pris soin de moi. Tout Maerimydra est devenue son temple maintenant, et ses émissaires règnent ici aussi. Abandonne ton allégeance insignifiant envers une déesse silencieuse et viens à Szith Morcane, mais ne porte pas l’emblème de l’araignée. J’ai besoin d’alliés de mon propre sang, et si Lolth ignore toujours tes prières, je pense que tu en as besoin également.

Rhavauz

Voilà qui éclairait un peu la situation des drows à l’avant-poste. Apparemment, les prêtresses de Lolth n’avaient plus leurs pouvoirs et c’était des prêtresses d’une autre déesse drow, la Dame des Morts, qui avaient pris le pouvoir ici. Hélas les compagnons ne savaient pas quelle était la mesure du pouvoir de cette déesse. Que pourraient-ils redouter de la part de ses prêtresses ? Sans aucun doute, elles feront preuve d’autant de cruauté que les suivantes de Lolth, la Reine Araignée, et le pire était sûrement encore à venir...


Les drows contre-attaquent

Les compagnons avaient à nouveau besoin de se reposer et d’identifier les objets magiques. Entre temps, Farnor avait fait le deuil de la barde et les avait rejoint. Ils instaurèrent un tour de garde dans la grotte donnant sur le gouffre de façon à voir tout ennemi arrivant par la toile d’araignée géante. Silence Crèvecoeur utilisa un jeu de clochettes pour installer un système d’alarme discret sur la corde de la toile qui venait jusqu’à eux. Se reposer en territoire ennemi était toujours stressant et risqué mais les aventuriers n’avaient pas vraiment le choix.

Les trois premiers tours de garde se déroulèrent sans trop de problème. Farnor allait terminer le sien quand il aperçut un groupe d’une dizaine de drows sur la toile. Ils se rapprochaient rapidement et le clerc crut discerner deux quth-marens parmi eux. Le nain courut réveiller les autres. Ils se préparèrent aussi vite que possible et allèrent se poster pour « accueillir » les drows.

Quand ils arrivèrent près du gouffre, ils découvrirent que les elfes noirs avaient utilisé leur magie pour ouvrir un portail et se déplacer plus rapidement. A cet instant, les deux quth-marens franchirent le portail et débouchèrent près des héros qui finissaient de s’organiser.

JPEG - 4 ko
Lion céleste

Farnor et Silence attaquèrent les morts-vivants, aidés par Enoch. Le sorcier elfe invoqua un lion céleste pour les aider dans leur combat. De plus le lion était très résistant à l’acide ce qui était très utile contre les quth-marens. Pendant ce temps, Enael et Kary finissaient de se préparer et les guerriers drows se déversaient par le portail.

Le combat était difficile, surtout à cause des deux morts-vivants très résistants et au regard terrifiant, mais les héros parvinrent à prendre le dessus. Quand ils eurent exterminé les morts-vivants et abattus beaucoup de drows, ils pensèrent la victoire proche. Cependant à cet instant deux nouveaux drows surgirent du portail. Le premier semblait être un guerrier-mage, une combinaison qui pouvait parfois être mortelle. Il maniait une arme exotique, une longue chaîne avec une boule hérissée de pointes à chacune de ses extrémités. Le second drow était une prêtresse de Kiaransalee, la déesse drow des morts-vivants. Sur la poitrine de la prêtresse, le symbole de la déesse, une main d’elfe noire décharnée, semblait animée par la pure malfaisance de sa signification.

Aussitôt les deux nouveaux ennemis déchargèrent toute leur puissance sur les aventuriers. Le guerrier-mage lança un éclair tandis que la prêtresse invoqua une colonne de feu. Les héros esquivèrent tant bien que mal le déluge de feu et d’électricité et contre-attaquèrent. Enoch bombarda le guerrier-mage et la prêtresse de projectiles magiques. Le guerrier encaissa et frappa violemment Silence de sa chaîne en représailles.

La prêtresse était terrifiante. A son cou, un médaillon absorba les projectiles magiques avant de se dessécher et de tomber dans un nuage de poussière. Enael chargea la drow et parvint à la blesser mais elle se contenta de lui lancer un regard moqueur. Elle enchaîna sur un sortilège en invoquant le pouvoir de Kiaransalee puis elle posa sa main sur la poitrine de l’humain.

Le pauvre Enael sentit alors un douloureux pincement au cœur et sentit que sa vie était aspirée par la magie maléfique de la prêtresse. Il tenta tant bien que mal de se raccrocher à sa vie qui partait en lambeaux mais sans succès. Le guerrier s’écroula sur le sol, vidé de sa force vitale.

Les autres héros terminèrent d’abattre le guerrier-mage et se retournèrent vers la prêtresse, prêts à venger la mort d’Enael. Mais la prêtresse avait plus d’un tour dans son sac et usa d’un ultime maléfice. Conjurant à nouveau le pouvoir de sa déesse, elle se transforma en une horrible parodie d’araignée et profita de l’effet de surprise pour s’enfuir le long de la paroi vertigineuse du gouffre grâce aux capacités de sa nouvelle forme.

Vers les profondeurs des tréfonds obscurs

Un nouveau mort. Les compagnons s’appuyèrent contre le mur en échangeant des regards emprunts de douleur. Cette fois ils avaient le corps de leur camarade mais auraient-ils les moyens de le ramener à la vie ? Farnor annonça que ses pouvoirs n’étaient pas suffisants pour ressusciter une personne tuée d’une manière aussi vile. Il fallait une magie bien plus puissante et ça acheva de miner le moral des survivants.

Seul Silence Crèvecoeur semblait ne pas être affecté par la perte de leur ami. Etait-ce parce qu’il n’était avec eux que depuis quelques heures et qu’il savait dissimuler ses sentiments ou parce que la mort d’Enael le laissait vraiment indifférent ? Farnor aurait bien aimé le savoir. Quoi qu’il en soit les épreuves à venir dévoileront sûrement les vrais sentiments du demi-élémentaire.

Les aventuriers ne pouvaient rester ici car la prêtresse allait sûrement se lancer à leur recherche avec de nouvelles troupes. Ils décidèrent de retourner au Chutes de la Dague. Là bas le haut clerc du temple de Tyr avait certainement le pouvoir nécessaire pour ramener l’humain.

Ils remontèrent le long de la toile puis traversèrent le complexe de grottes avant de s’engager dans la forêt. Quelques heures plus tard ils arrivèrent à la petite ville. Tout au long du voyage ils avaient gardé le silence, chacun ruminant ses propres pensées.

Au temple le prêtre leur dit qu’il possédait effectivement un puissant sort de résurrection sur un parchemin. Cependant le coût de son utilisation serait de huit mille pièces d’or. C’était très cher et les compagnons durent donner plusieurs de leurs objets magiques en contrepartie. Mais le sort prouva sa valeur et son efficacité et Enael se retrouva plus vivant que jamais, en pleine forme et en possession de toutes ses capacités.

Une fois les effusions de joies passées (auxquelles Silence ne prit pas part), les héros se rendirent à l’auberge pour discuter de la situation. Enoch prit la parole :

  • Ces dernières heures, deux de nos compagnons sont morts. Ce serait de la folie que de continuer ainsi. Cette quête va tous nous coûter la vie !
  • Il faut dire que la barde est morte plutôt stupidement, répondit Kary.
  • Seul le dernier combat nous a dévoilé la vraie puissance des drows et nous avons été surpris, voilà tout, enchaîna le nain. A l’avenir nous nous montrerons beaucoup plus prudents en présence des prêtresses. De plus je vous avais dit que je ne vous forçais pas à nous suivre. S’il le faut je partirai seul à la recherche de ma compagne et vous avez déjà fait preuve d’une grande loyauté en m’accompagnant jusqu’ici. Je ne vous en voudrais pas si vous décidiez de nous quitter.
  • Ne dis pas de bêtises, Farnor ! s’écria Enael. La mort ne m’a pas démotivé, et nous resterons soudés jusqu’au bout. De plus nous avons promis à Randal Morn de mettre un terme aux raids. Nous n’allons pas abandonner les habitants du Val de Dague à leur sort, n’est-ce pas ?

Ce disant il regarda chacun de ses compagnons dans les yeux et tous acquiescèrent sauf Silence qui prit la parole :

  • Je ne voudrai pas vous décevoir mais je ne partage pas encore votre amitié. Cependant j’ai toujours envie de me venger des drows et je resterai avec vous tant qu’ils ne l’auront pas chèrement payé. Cependant, je suggérerais que nous explorions l’avant poste de Szith Morcane avec prudence.
  • Oui, tu as raison, reprit Farnor. D’autant plus que mes rêves montraient une cité souterraine en ruines et en flammes dans une grande caverne. L’avant-poste n’est pas notre objectif principal. Nous devons trouver le chemin jusqu’à la cité et rechercher la ou les prêtresses à l’origine de tout cela. A moins que ce ne soit Azmaer.

Et on repart dans les profondeurs

A nouveau motivés, les compagnons se préparèrent et se remirent en route pour l’avant-poste. Une fois arrivés au gouffre, ils décidèrent d’explorer une nouvelle caverne dans la paroi. Ils progressèrent alors prudemment sur la toile d’araignée géante pour atteindre leur destination.

Là un couloir légèrement sinueux allait jusqu’à une arche. Après l’arche, il y avait une pièce octogonale avec une autre sortie au nord-est. On ne pouvait pas voir le plafond de la pièce. Enoch et Silence cherchèrent un quelconque piège au niveau de l’arche et découvrirent effectivement une glyphe qui dégageait de la magie d’abjuration.

Alors qu’ils discutaient du meilleur moyen de passer l’arche, deux guerrier-mages drows apparurent à l’autre sortie de la pièce octoganle. Ils étaient déjà en train de prononcer des incantations mortelles et les compagnons eurent à peine le temps d’esquiver les éclairs qui jaillirent.

Immédiatement, Enael et Silence chargèrent les elfes noirs ce qui eut pour effet de déclencher la glyphe magique. Aussitôt un épais brouillard apparut au-dessus de leurs têtes. Les drows n’étaient pas des combattants aguerris et, pressés par l’assassin et le guerrier, ils ne purent lancer de nouveaux sorts. Le combat fut terminé en quelques minutes.

Le brouillard qui flottait au-dessus des aventuriers ne semblait pas être dangereux. La sortie au nord-est de la pièce octogonale se terminait en cul de sac une salle aménagée pour des gardes, ce que devaient être les deux drows.

Silence utilisa sa capacité naturelle de lévitation pour franchir le brouillard. A diverses hauteurs et dans des murs différent de la pièce il y avait trois portes avec une petite plateforme devant avec juste assez place pour qu’une personne puisse y tenir. Il n’y avait aucun moyen évident pour y parvenir si ce n’est à l’aide de la magie.

Silence lévita jusqu’à la première porte et l’étudia avant de tenter de l’ouvrir. La porte semblait fermée par magie. Apparemment la magie du glyphe de l’arche avait mis en place de puissants moyens de défense pour empêcher tout intrus d’aller plus loin.

Silence redescendit jusqu’à ses compagnons et leur fit part de ses découvertes. Il était arrivé à la conclusion que l’endroit devait être une sorte d’école de magie pour elfes noirs. Il y avait peu de chance que la sortie de l’avant-poste soit ici ou même qu’ils y trouvent une prêtresse, qu’elle soit de Lolth ou de Kiaransalee.

Les héros décidèrent alors d’aller explorer une autre caverne. Ils retournèrent au gouffre et allèrent jusqu’à une nouvelle caverne près du centre de la toile. Ils débouchèrent sur une grande grotte, éclairée ça et là par diverses lumières magiques. Une étrange scène se jouait devant eux...

Précédent - Suivant

[1Cet endroit, rappelez-vous en, fut tragique à l’un des personnages.

[2C’est le mort-vivant sans peau. Cette saleté suinte l’acide, et sa simple vue peut vous paralyser de peur !

Dans la même rubrique

31 mai 2004 – Campagne de l’Orbe des Duergars

17 mars 2003 – La jeunesse d’un paladin

22 janvier 2003 – Enoch, Dragon-mage

8 décembre 2002 – Premières horreurs des tréfonds obscurs

24 novembre 2002 – Départ en aventure

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?