Crazy Orc, jeu de rôles et de figurines à Lyon
Vous êtes ici : Accueil » Souvenirs » Jeux de Rôle » Feng Shui » La campagne du Major » Pluie de poulet sur Hong Kong (suite)

Pluie de poulet sur Hong Kong (suite)

D 12 mai 2004     H 12:00     A Kirua     C 0 messages


agrandir

Apres quelques péripéties, nous nous retrouvons donc cher lecteur dans l’entre monde...ta ta tan...

Si vous avez loupé le début

Bien commençons par rappeler qui est ce nous et où nous sommes :
Il y a tout d’abord A mon de la grande dynastie des Shakaï, puis il y a aussi le capitaine Jesse Maccoy, les autres s’étant absentés pour une raison obscure, et puis encore moi bien sur !!
Si nous étions dans ce coin aussi étrange c’est que nous avions découvert que Mr Hung avait rendez vous dans le bar très inconnu du commun des mortels : le bar du génocide.

Le bar du génocide

Le bar est composé d’une grande salle au rez-de-chaussée, d’une salle de jeux à l’étage, d’une auberge de jeunesse au sous-sol, et enfin de 6 petites salles locatives savamment numérotées de un a six.

Bien notre histoire commence sur une scène où un groupe de... de ...on sait pas trop au juste, les Masterplans, chante (ou braille, ou gueule enfin vous voyez ce que je veux dire) « Mordre la main (corporatiste) qui te nourrit ». Je vous assure que toute l’équipe a été d’accord sur un point à ce moment de l’histoire : le monde n’est pas prêt pour ça !!

Le rendez-vous

Vers 19h comme prévue arrive Mr Hung, il va directement voir le barman , qui est un homme raide comme la justice, strict et d’apparence assez âgée et nous avons appris qu’il était un noble russe pour tout vous dire. Notre bonhomme passe une porte qui se être au fond du bar dans un coin sombre et surtout au milieu de 5 autres portes.

Gentiment le patron nous conduit dans la petite pièce où quelques minutes auparavant se trouvait l’homme que nous recherchions. Mais voila il n’y a plus personne...il y avait une autre porte dans cette pièce. Le barman nous explique que parfois des rencontre on lieu ici et que les protagonistes ne souhaitent pas toujours être vu ou retrouvés. Un peu bête, A mon et moi farfouillons la pièce a la recherche d’un indice potentiel et on trouve...une boite d’allumette !! Et au sol des traces de pas laissées dans un espèce de liquide gluant (et répugnant beurk !) mais surtout luminescent. Traces que nous nous empressons de suivre, laissant derrière nous un Jesse surveillé par des militaires en costumes de men in black.

Les Balrogs aiment les chats !

Dans notre couloir, A mon et moi-même suivons prudemment les empruntes de pas. En fait pendant que m’évertue à pister A mon lui remarque distraitement un chat et m’en informe. Mais c’était un gros chat, une énorme bestiole d’environ 3m au garrot entièrement constitué de lave ! J’en ais eu des frissons partout ! Les pas nous guident telle la route de brique jaune du magicien d’Oz (qu’aujourd’hui je ne serais plus étonnée de croiser ici.) vers un petit village totalement hétéroclite les constructions qui le constituent étant toutes d’époque différentes je vous laisserez bien imaginer mais c’est pas possible.

Bref deux individus encore plus étranges que tous viennent nous parler. Ils sont grands, ont des cornes, de la fumée cache l’amplitude de leur ailes plus ou moins membraneuses, des griffes et des crocs et semblent nous sourirent. Je ne me souviens quelles raisons vaseuses mon petit cerveau a inventé pour que je ne m’enfuie pas en hurlant, probablement la curiosité mais...en effet ils étaient tellement ravis de nous voir qu’ils nous ont invité comme repas.

Mais ils nous ont quand demander avec beaucoup de courtoisie si nous n’avions pas vu par hasard un chat de lave et si nous voulions les aider à le retrouver. Mais bien sur cette aide ne changerait rien pour les projets de repas.

Alors comme on a un peu refusé de les aider, ils nous ont enfermés de force dans une cage que l’on ne pouvait ni forcer, ni détruire par la magie.


La petite maison dans la prairie

Pendant ce temps, Jesse décide d’aller voir les militaires car c’est un gentil garçon et qu’il ne voulait pas leur faire perdre leur temps. C’est gentil, hein ? Il remarque alors qu’ils portent tous une bague qui ressemble à la sienne ce qui le pousse à leur monter celle qu’il porte. A cet instant les militaires l’emmènent dans un lieu genre la petite maison dans la prairie (on trouve vraiment n’importe quoi dans l’entre monde, c’est fou !!). Et il y a vraiment tout la prairie et la maison si, si c vrai ! Seulement la maison, une fois qu’on a passée la porte, n’est plus du tout comme chez les Ingalls. C’est un endroit où la technologie de pointe futuriste règne en maître.

L’aide providentielle

De notre côté, un des démons (mais il parait que c’est des balrogs) part pour chercher le chat et nous laisse sous la surveillance de son acolyte. La suite nous prouva qu’il était très bête mais trop impatient pour nous écouter jusqu’au bout et nous libérer. Alors on est passé aux provocations et tous ce que nous avons obtenus, c’est que le démon aille chercher un humain et qu’il le mette à cramer pour nous prouver qu’il savait cuisiner. Pour être honnête on s’est cru perdus et on commençait à désespérer sérieusement quand ...

...un homme farfelu avec un grand chapeau vient nous parler. De vous a moi il était complètement allumé mais d’un autre coté dans cette partie du monde et vue la situation, je l’ai trouvé formidable !! Il nous libéré de la cage et d’un pas décidé, est allé voir le démon et lui a annoncé que nous étions des chasseurs de chat professionnels et que allions lui retrouver son chat en moins de deux et comme toutes peines mérite salaires, nous avons était payé en rognure d’ongles... on part donc tous les trois, le plus juste serait de dire que nous fuyons mais enfin bon. L’homme nous explique que s’il nous a libéré c’est parce que lui et sa fratrie attendent un messie et que la prophétie qui l’annonce dit qu’il sera prisonnier, et donc depuis ce temps ils libèrent tous les prisonniers. Dans notre fuite, on tombe, par hasard toujours, sur une sorte de miroir qui ne reflète rien, c’est liquide et on peu passer a travers. A mon et moi en sommes là de notre inspection de la chose quand un groupe en armes, des militaires semblent-il mais d’une époque reculée, nous interromps et nous demande ce que nous pouvons bien faire ici. Alors avec toutes la constance et l’aplomb dont je pouvais faire preuve je lui ais répondus :

« Nous sommes des chercheurs de chats et nous cherchons un chat et nous sommes là car le dit chat est passée par ... euh ... ce truc la qui miroite !!!!! »

Après un moment de réflexion ils refusent de nous laisser emprunter le passage mais qu’ils vérifieront pour nous, et ils disparaissent par le passage. On a pas attendus notre reste on a décampés très très très vite.

Le Major

Pendant ce temps Jesse a été conduit dans une petite cellule où on le laisse attendre un bon moment. Un homme vient alors lui rendre visite, c’est un militaire évidement (qu’est ce qu’il y a comme militaires dans ce pays !) et c’est aussi un ancien chef qui fait ou faisait, partie de la même maison que lui. Cet homme lui propose une mission, que Jesse ne refuse pas mais n’accepte que parce qu’il n’a pas le choix. A la question de ce qu’A mon et moi faisions ici, il répond qu’il pensait que nous ferions de bonnes recrues mais que les circonstances ne lui ont pas laissé le temps de nous amener jusqu’à lui. Le major car c’était lui pris un air sceptique, mais lui demanda quand même nos description pour pouvoir nous retrouver après ça il s’en va le laissant tout seul dans sa cellule.


A mon, les amis du Major et moi

A mon et moi explorons les couloirs en espérant échapper au chat de lave, aux démons, et aux militaires. Au final on décide de retourner au bar seul endroit de paix pour nous. Au bar l’ambiance est a la fête ça tombe bien A mon et moi avons quelques chose a fêter : on est toujours vivant !! Ce fut le plus beau torchage de gueule de ma vie !!

Un sergent débarque et vient nous demander si nous sommes les amis de Maccoy, hélas pour lui, bourrés comme des coins nous lui répondons que :

« Nous, et ben, on est des chasseurs de chats et que même on est les meilleurs, hic ! »

Alors le sergent repart avec sa troupe, mais comme ce sergent n’a visiblement pas de chance il est agrippé par un groupe de pogoteurs entraînant sa troupe avec lui. Apres une longue suite de verres, A mon finis par récupérer le sergent « cassé » et on rentre avec le reste de sa troupe a la base militaire. Ils nous mettent directement en cellule de dégrisement jusqu’au lendemain.

Le plan du Major

Le major vient alors nous rendre a chacun une visite pour nous indiquer que dorénavant nous travaillerons pour lui, tout refus entraînera un séjour en cellule, et comme ils n’ont pas les moyens de nourrir les gens oisif...
Si cette information ne me pose pas vraiment de problèmes, il n’en va pas de même pour A mon qui refuse de dire un seul mot pendant l’entretien et comme pour le major qui ne dit mot ne consent pas, il signifie à A mon qu’il est l’heureux gagnant d’un séjour en cellule sans aucun services hôtelier, et mais qu’il a un peu de temps pour repenser à la situation. Comme A mon n’est pas content de son prix, il souhaite de mettre les voiles et pour cela il électrocute le garde et le major qui était là, défonce la serrure par magie et sort. Voyant le Major ainsi vulnérable, il décide de lui exposer son point de vue sur les choses de la vie. C’est ainsi qu’ils finissent par trouver un accord.
Le major nous présente alors la mission que nous devront effectuer pour lui. Elle est simple il suffit de verser dans une station de retraitement de l’eau de Hong kong, un produit, le même que celui qui a était utiliser pour les Poulets Dorés.

La fin ?

Nous sommes donc relâché dans la nature avec un bidon de ce produit. Commence alors une grande discussion sur « On le fait ou on le fait pas ?? ». Jesse nous propose d’aller voir d’autres personnes avant de décider. Sur le chemin nous sommes suivit par des gens on ne peux plus agressif puisqu’ils nous tirent dessus, les salauds !! Mais point d’inquiétude on s’en débarrasse avec brio et Jesse peut nous conduire a devinez quoi et oui encore une base militaire !! N’étant pas des militaires A mon et moi ne sommes pas autorisés à rentrer.
Génial, nous sommes coincée entre 2 nouvelles jeeps armée jusqu’au dents nous attendent en nous tirant dessus et un militaire obtus qui refuse de nous laisser pénétrer la base. On finit quand même par nous laisser rentrer dans la base et Jesse peut nous présenter à ses patrons qui nous exposent alors le fonctionnement du monde selon eux, en précisant bien sur que les gentils, enfin les moins pire, c’est eux.
Vous y croyez vous ?!

Voila c’est tout pour cette fois, la suite des aventures de nos héros au prochain épisode.

Dans la même rubrique

17 juin 2004 – Disparitions, hum, mystérieuses !

8 juin 2004 – Le joueur de flûte

13 février 2004 – Pluie de poulet sur Hong Kong

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?