Crazy Orc, jeu de rôles et de figurines à Lyon
Vous êtes ici : Accueil » Souvenirs » Figurines » Epic Armageddon » Spécial 23 octobre 2004 » Tournoi Epic » Les taus de PO

Les taus de PO

D 31 janvier 2005     H 13:03     A PO     C 0 messages


tout d’abord, un grand merci à l’équipe des organisateurs. Le coup des étiquettes était très
sympa (idée à reprendre lors des tournois de la ludo), la restauration plus que suffisante
(quelqu’un a fini ses deux sandwitches le midi ?), les Lyonnais prêts à dépanner de pauvres
piétons... impeccable.

JPEG - 120.8 ko

Constatation générale

Ce tournoi a remis tout le monde à niveau. On a tous appris pas mal de
choses a divers niveaux (les subtilités qui font mal). Pour ma part, il va falloir que je bosse un
peu le niveau stratégique, pour mieux gérer le placement et les prises d’objectifs en fonction de
l’armée d’en face. Il va aussi falloir que je gère mieux le Manta qui constitue un objectif et à
ce titre doit être joué plus prudemment.

Pour ma part, les parties ont duré assez longtemps. En effet, je passais à chaque fois un moment
à présenter les unités Taus individuellement ainsi que les mécaniques de base de l’armée. A cela
s’ajoute le fait que je ne joue pas spécialement vite, que mes adversaires étaient parfois
hésitants dans les actions à entreprendre, et pour couronner le tout, la prémesure. Pour les
distances courtes ou pour planifier un assaut cela passe, mais quand on commence à mesurer des
distances plus grandes c’est un peu lourd.

Première partie

Les Orks de Vincent : une partie qui débute mal pour lui par un assaut de chokboys en Landa qui
échoue lamentablement sur l’armure renforcée des crisis. à cela s’ajoute le mauvais placement de
son gargant, tout seul sur un flanc qui lui sera fatal, car j’eus alors toute latitude pour
m’occuper du reste de l’armée. J’ai porté le combat dans la partie la plus dense de la table,
propice aux popups et encerclements et cela a porté ses fruits.

Seconde partie

Les space marines de François Bruntz : une armée space marines pas tellement optimisée comme on en
rencontre à la ludo. François disposait d’une force principale terrestre et d’un force secondaire
en tunderhawk + terminators téléportés. Il choisit de les faire arriver tout ce beau monde au
troisième tour. Je dois dire que cette épée de Damoclès m’a pas mal stressé. Mais en fin de compte
cela n’a pas été payant car j’ai eu trop de latitude pour esseuler ses forces terrestres. Dans
cette optique défensive, il aurait dû davantage grouper ses troupes je pense, ce qui aurait évité
que je chasse ses formations une à une.

Troisième partie

La GI de François. La fameuse, que je connais bien. J’obtiens le premier tour, je suis donc
plutôt confiant, sauf que ça va vite s’arrêter sur le double un d’activation du tigershark pour
s’attaquer à l’artillerie ennemie. Suite à quoi je lui passe la main, et les manticores + vultures
me dévastent en bonne et due forme. Partant de ce handicap initial, la malemoule fait le reste. La
Manta breakée, immobilisée et face au bord de table sera le seul objectif qu’il ne remplira pas.

Le dodo

Au fait merci à Vincent de nous avoir conduit jusqu’au F1. F1 où on a pu dormir dans des odeurs
de tabac pas glop. Et suite à une mauvaise nuit, j’affronte...

Quatrième partie

Les eldars d’Ulthwé de Greg : Je pars plutôt confiant. En effet, hormis le Phantom, son armée ne
respecte pas les canons de l’optimisation eldar. Elle contient par ailleurs énormément
d’infanterie. Je me met en place au tour 1, et au tour 2 je balance toute la sauce sur le phantom.
J’ai enlevé 4 points de structure au bestiau, beaucoup moins que je ne l’espérais puisque
l’holo-champ n’est pas diminué par le feu-croisé ! Enfin bon, le point impact supplémentaire me
permet malgré tout de le breaker. Oui mais voilà : j’ai grillé trop d’activations et me retrouve
menacé par les autres formations eldars et l’avatar. (Aïe !)

Cinquième partie

Les space marines de Quentin : une liste space marine très bien construite et maniée : un noyau
d’assaut épaulé par quelques autres escouades + whirlwinds. Pour ma par je noterais un grosse
erreur de déploiement : faire des paquets de formations derrière un couvert aurait pu me coûter la
partie, si Quentin n’avait pas foiré 2 tours de suite le jet de stratégie !
On notera malgré tout la spectaculaire destruction du manta, onchestrée par des totors et des
land-speeders postés en garnison. le 2 ème round de CC suite à l’égalité a fait très très mal au
seul titan non fearless du jeu !

Sixième partie

Enfin, les Eldars de... : avec un Warlock. Suite à ma cuisante défaite du début de journée j’ai
complètement révisé ma tactique : je fais en sorte, avec le Manta, d’appâter le titan sur un flanc
en restant hors de portée de feu soutenu, tout en faisant progresser mon attaque sur l’autre : et
cela marche...mais pas aussi bien que je l’espérais puisque le Manta subit un dégât critique sur
la première touche, ce qui l’immobilise. Ensuite, les chars scorpions s’en mêlent et là ça sent le
roussi ! De l’autre côté, je rate au tour 2 les activations de mes crisis (entre autres), mon
attaque sur sa grosse formation est donc décalée d’un tour : je perds au tie break tout en gagnant
provisoirement aux objectifs. C’est dur.

Dans la même rubrique

31 janvier 2005 – Les eldars d’Ulthwé

31 janvier 2005 – L’armée d’Arkneesh le Décadent Seigneur Commandeur des Emperor’s Children

31 janvier 2005 – La garde de François

31 janvier 2005 – La garde Impérial de Frei

31 janvier 2005 – Les eldars de Jérome