Crazy Orc, jeu de rôles et de figurines à Lyon
Vous êtes ici : Accueil » Jeux » Autres jeux » Les jeux asynchrones

Les jeux asynchrones

D 25 mars 2003     H 16:40     A Patrick     C 0 messages


Après les tamagoshi [1], , les MMORPG [2], les jeux par correspondances et le jeu de rôle, un nouveau type de jeu à vu le jour mélangeant tous les principes de ses prédécesseurs. Les plus savant les nommes jeux asynchrones, les autres jeux en tour par tour ou jeux par correspondance, ou encore pbem (play by e-mail ) ou jeu online en php. Ces jeux se jouent sur le net et sont gratuits (pas d’abonnement), je ne parlerais que des jeux francophones qui sont les plus faciles d’accès et parmi les plus distrayants.

  • Driiiing !!!!!
  • Mais il est quelle heure ?
  • 4h17. Rendors-toi ma chérie...
  • Mais pourquoi le réveille sonne ?
  • Faut que je sauve ma taupe...
  • Hein ?!?
  • Bah oui, c’est l’heure de jouer ma taupe, le troll de JJ et l’ange de Nico.
  • Mais pourquoi j’ai accepté Internet à la maison...

Le principe de base

Ces jeux permettent d’incarner un ou plusieurs personnages : nain de jardin, troll, démon, roi, etc. (comme dans un jeu de rôle) ou de diriger une créature particulière (si vous ne vous sentez pas l’âme d’une taupe). Comment savoir si le personnage qui bouge est un avatar classique ou un familier ? Cela dépend des envies des joueurs.

Une fois le personnage choisi, vous avez accès à des actions diverses (frapper, avancer, utiliser un pouvoir spécial) qui coûte des points d’actions. Les personnages se déplacent sur une grille orthonormée. Une fois les actions accomplies avec plus ou moins de brio, votre personnage doit attendre un certains temps avant de rejouer.

Selon les jeux, l’attente va de 12 h à une semaine. Et tous les joueurs croisent les doigts ou brûlent des cierges - selon les croyances - en espérant que leur personnage ne mourra pas d’ici-là. Car les survivants gagnent de l’expérience et peuvent augmenter leurs caractéristiques ou leurs compétences, comme dans un jeu de rôle. Certains joueurs vont même jusqu’à se lever à 4 heure du matin pour jouer leur personnage placé dans une passe difficile. Des groupes de joueurs ont même crée des guildes, afin de faire jouer leur personnage quand ils sont en vacance ou couché. Cela rappelle les tamagoshi qui avaient sans cesse faim ou besoin de câlins. Mais comme dans les MMORPG, les personnages tués reviennent. En général, il y a peu de conséquences, le personnage est juste ressuscité dans un coin du jeu loin du lieu de son trépas. Il s’éloigne ainsi de ses compagnons.

Le pionnier

GIF - 31.7 ko
Taupe Délire
Le pionnier, et sa bête noire

L’un des premiers jeu de ce type a rencontrer un énorme succès est taupedélire. Ce jeu est une vraie perle, il est parfait pour s’initier aux jeux asynchrones. Vous y jouez une taupe égarée dans les profondeurs d’un jardin qui cherche à devenir la plus grosse taupe du jardin. Plusieurs espèces cohabitent et ont des pouvoirs particuliers comme des crottes explosives. Le jardin où elles évoluent est truffé de bonus et de malus divers agrémentant le jeu. En surface erre une légende vivante : Nicolas le jardinier. Muni de sa pelle, il explose les têtes des taupes sortant leurs museaux à l’air libre. Ce jeu hyper humoristique jusque dans le nom des personnages (taupeless, taupinembourg, over the top) est parfait pour les débutants car c’est lui qui a initié la plupart des nouveaux jeux. Il a entraîné toute une génération de jeux depuis 2 ans. Il se développe sans cesse et propose de nouveaux jardins où les règles sont à chaque fois différentes et plus complexes.

D’autres excellents sites de jeu

Yves Savonet, fan de taupedélire, troll de troy, donjon & dragon et des figurines Rackam (il m’a aussi avoué qu’il était un fidèle lecteur de Ravage), lance en novembre 2001 un jeu de troll (règles avancées comme aurait dit Croc le bô) baptisé Mounty Hall. Le succès est quasi immédiat. Au bout de 6 mois, il doit même débourser ses propres deniers pour payer un nouvel hébergement afin que le jeu continue. Depuis, des joueurs lui ont versés des dons et il a du mettre des bannières de publicité, mais le jeu reste gratuit. Son jeu permet d’incarner des trolls aux pouvoirs divers et amusants (manger n’importe quoi, intimider, se saigner pour jouer plus vite...).

GIF - 53.6 ko
Mounty Hall
Un exemple de jeu troll...

Programmeur avant tout, ce sont les joueurs, lors du bêta test - comme dans un vrai MMORPG -, qui lui ont proposé un grand nombre de modifications et d’idées. Il se qualifie lui-même comme un meneur de jeu ayant un millier de joueurs à occuper. Les grottes de Mounty Hall sont garnies à ras bord d’objets magiques gardés par des momies et des amibes géantes. Mais le troll y rencontre aussi des amies. Des mouches le suivent partout et il en gagne une à chaque nouveau niveau. Chacune lui apporte un bonus bien utile comme la mouche à lunette qui permet de voir plus loin. Ce jeu contamine de plus en plus de gens et ne fonctionne que par le bouche à oreille. Les forums étaient très animés et passionnés lors des tests. La bonne humeur de ce type de jeu est très communicative Les communautés de joueurs sont très actives et passent d’un jeu à l’autre. Il n’est pas rare de trouver le même pseudo pour un troll ou un démon dans deux jeux différents.

Un autre jeu dans l’air du temps est sans conteste Démange. Il est inspiré de l’univers du jeu de rôle In Nomine Satanis & Magna Veritas (INS/MV) de Croc et son équipe. Ils auraient d’ailleurs participé à quelques événements sur le jeu à l’appelle des animateurs de Démange. Ce jeu garde certains principes de Taupe Délire, mais est totalement axé sur la lutte des joueurs entre deux camps : les anges et les démons. Il est aussi possible de jouer des humains, mais ils sont très faibles et succombent vite sous les griffes des démons ou les auréoles des anges. Le jeu possède trois terrains de jeu distinct : le paradis, l’enfer et la terre. Le but des uns et des autres étant d’envahir le territoire de son ennemi. Des stratégies de groupes se forment pour briser les lignes ennemies. Les batailles ressemblent souvent à des guerres de tranchées avec un no man’s land particulièrement vicieux ou à des courses poursuites effrénées. Le jeu bénéficie d’animateurs bénévoles particulièrement motivés qui génèrent des évènements ponctuels forts prisés : chasse au démon, méchoui d’ange, sacrifices humains...

Vous en voulez encore ?

Tous les jeux cités permettent de jouer en général un seul personnage car le multicompte est prohibé pour des raisons de fair play. Mais il existe un grand nombre de jeux ou vous pouvez gérer des royaumes ou des empires à partir d’une simple page web. Pour les curieux, http://stgm.free.fr/ est une bonne référence sur la simplicité du système. Mais ce qui est vicieux, c’est le nombre d’heure passées à échanger des mails pour la diplomatie.

Jouer à tous cela en même temps et possible et surtout gratuit ! Si vous vous ennuyez lors de vos escapades sur la toile n’hésitez pas à y faire un tour. Ces jeux sont attrayant car ils sont simple d’utilisation et s’adresse à tous. Il y a un grand nombre de filles qui y jouent et sont parmi les plus passionnées. Il y en a même chez les trolls (j’y ai même croisée une pom pom troll qui a failli écraser la tête de mon pauvre Totoll). Le seul défaut de ces jeux est leur succès. Souvent, les webmasters doivent payer de leur poche ou inonder leur site de pub pour faire survivre leur serveur surchargé. Mais les joueurs ont su se mobiliser et verser des dons qui ont sauvé ces jeux. Devant tant de bonnes volonté, il serait bon d’appliquer certaines recettes à la figurine. La programmation de ces jeux est accessible à tous les passionnés d’informatique et nous attendons tous avec impatience des logiciels qui permettront de gérer des campagnes de figurines fantastiques internationales !

Les conseil techniques pour créer son propre serveur de jeu

Le mieux est de combiner le PHP et mySQL. Pour les néophytes, mySQL est une base de données et PHP est un langage de script qui s’intègre au html pour créer des pages web dynamiques[[]C’est le principe du site Crazy Orc, d’ailleurs.]. Ces pages sont traitées par le serveur web et envoyées au surfeur sous forme de html pur. Il permet également de communiquer avec la base de données mySQL pour en retirer des informations et/ou en enregistrer des nouvelles. Les informations entre le joueur et la base de données sont échangée via un affichage html et une série de formulaire complétés par le joueur. Ces deux produits sont entièrement gratuits et sont développés par des communautés de développeurs, un peu comme linux l’a été il y a plusieurs années.

Au niveau du développement, ces deux outils suffisent si l’on dispose d’un serveur web acceptant le PHP (apache et IIS sont les plus courants). Il suffit donc au webmaster-programmeur de les installer sur sa machine pour pouvoir commencer à concevoir son site web dynamique. Des packages préconfigurés (genre EasyPHP) existent gratuitement sur le net et permettent au novice d’installer en quelques instants tous ces éléments sur sa machine.

Pour concevoir les pages, un simple éditeur de texte suffit (comme notepad, le bloc-notes de Windows) si on connaît la syntaxe HTML. Toutefois un logiciel comme Macromedia Dreamweaver permet de faciliter la mise en page html et permet un gestion du site web complète (cela devient vite indispensable au vu de la taille et le nombre de fichiers que le jeu comprend en général).

Il faut ensuite trouver un hébergeur acceptant le PHP. Il en existe plusieurs gratuits (Free est le plus fréquemment cité, Crazy Orc utilise Le Village) mais malheureusement, ce genre de service ne permet pas d’offrir une stabilité suffisante à un jeu qui pousse aussi loin la programmation PHP. Il est donc trop souvent nécessaire de passer vers un hébergement plus « pro » et donc payant. La les solutions sont diverses : abonnement des joueurs, dons, publicité, mécénat..

Merci à Yves Savonet pour ses conseils techniques qui permettront peut être à des nouveaux jeux de voir le jour et à tous les autres webmasters et animateurs qui ont bien voulu répondre à mes questions. Merci à Fouzia Kaissi pour sa relecture.


[1Jeux électroniques de poche dans lequel il faut gérer l’existence virtuelle d’un animal qui ne l’est pas moins. La difficulté est que le jeu se fait en temps réel. On a vu des morts au volant parce que le tamagoshi avait faim...

[2Massively Multiplayer Online RolePlaying Games, soit Jeux de rôles en ligne massivement multi-joueurs. Ce sont des jeux de rôles connectés à Internet dans lequel le monde est impressionnament vaste, et qui peut accueillir plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de joueurs de tous horizons.

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?