Crazy Orc, jeu de rôles et de figurines à Lyon
Vous êtes ici : Accueil » Souvenirs » Jeux de Rôle » Donjons & Dragons » Journal de l’expédition » Journal de l’expédition

Journal de l’expédition

D 3 mars 2011     H 18:24     A Maniack Crudelis     C 0 messages


Le journal de voyage d’une jeune disciple à qui incombe la responsabilité de mener une expédition marchande de dix personnes à travers les Royaumes Oubliés.
Partant d’une petite cité de la presqu’île du Téthyr, elle doit parvenir à rejoindre la pointe sud de grand désert de l’Anauroch, à 5000 kilomètres à l’est. Pour mener à bien cette mission, elle doit atteindre sa destination en moins d’un mois.
Mais rien n’est aussi simple pour cette jeune femme, qui pour la première fois quitte la région où elle est née...

Jour -1

Je suis Gerlin Carlac, disciple de Lathandre, dieu du printemps, de l’aube, de la naissance et du renouveau, des commencements et du potentiel à réaliser, de la conception, de la vitalité et de la jeunesse. J’ai été mandaté par Cadhas Gelant, haut prêtre du Seigneur de l’aube officiant au temple d’Alvar.
J’ai la responsabilité de cette expédition marchande, nous devons rejoindre la lointaine cité de Daranor, à l’entrée des sables infinis du grand désert de l’Anauroch.

Daranor, la cité des âmes perdues. A ce qu’on dit, cette cité est devenu un refuge pour tout ceux qui n’ont nul part où aller. Mais au milieu des étendues désertiques, la vie n’est pas simple. Un démon mort-vivant y avait élu domicile, après avoir fait main basse sur la cité, il tentait d’étendre son influence aux cités voisines.
Il y a quelques années, il fut vaincu par un groupe d’aventuriers dont les origines restent mystérieuses. Mais des rumeurs prétendent qu’ici même, à Alvar, certains en savent d’avantage sur ces évènements.
La tour démoniaque, recueil du mal, s’effondra en même temps que son hôte, laissant derrière elle ce qui est appelé maintenant « La plaine noire ». Une étendue de cendres noires qui marque à jamais le paysage uniforme qui entoure Daranor.
Les paysans y cultivent une plante unique, la fleur d’essence noire. De celle-ci, les autochtones tirent deux concoctions, l’huile de fleur d’essence noire à laquelle on prête des vertus régénératrices exceptionnelles et la potion de vie, réputée capable de rendre leur âme aux défunts.
C’est cela même qui nous amène à traverser les royaumes oubliés. Nous allons acheter un certain nombre de ces potions afin de les vendre dans notre région, cela devrait aider à baisser le taux de mortalité dans nos contrées.

Afin d’assurer la bonne marche de notre expédition, Cadhas Gelant m’a permis de m’entourer de personnes compétentes.

  • Galenel Anmedis, notre guide, sans qui rien ne serait possible, elle seule connait la route pour arriver à destination. Je sais que je peux compter sur elle, elle a su nous prouver sa motivation.
  • Dagolant Merflet, charretier de métier. C’est lui qui mènera la carriole sur les conseils avisée de Galenel.
  • Liodan Itor, ses connaissances en héraldique nous seront sans doute utile.
  • Paldeles Foranran, petite mais un caractère bien trempé. Les multiples langues qu’elle parle devrait nous sortir de bien des ennuis. A condition de ne pas l’énerver.
  • Palagern Orared, notre palefrenier. Il est indispensable pour s’occuper des 3 chevaux que nous emmenons avec nous. En plus de cela, c’est un bon vivant et il sait cuisiner.
  • Et enfin Foransor Celitor, c’est à lui que nous avons acheté la carriole et la charrette qui nous accompagneront tout au long de notre périple. Grâce à lui, nous éviterons qu’une casse matérielle ne mette un terme à l’expédition.

Mais avant de s’aventurer dans les terres hostiles des royaumes oubliés, il nous fallait des gardes. Des hommes capables de prendre les armes et nous défendre face aux danger qui pourraient nous guetter.
Ils sont 3 à avoir répondu à l’appel, pour 50 pièces d’or par jour, ils acceptent de nous suivre et nous protéger tout au long de notre voyage.

  • Bori Ruim, un jeune halfelin au pied léger et sûr. Son agilité hors pair sera un avantage non négligeable dans des situations délicates.
  • Andariel Leoline, cette elfe au regard dur ne laissera aucune chance à nos adversaires. Elle manie son épée longue d’une main de maître.
  • Et Lucan Stellos, son arme la plus redoutable est sans doute son bagout, mais ceux qui ne se laisserait pas convaincre tâteront de ses lames.

Je ne les connais qu’à peine, mais je les ai déjà vu plusieurs fois dans notre bonne cité. Et après tout, n’est-ce pas un des enseignements de notre père, le Semeur de Créativité, une longue expédition à travers les terres intérieures est une excellente occasion pour repartir sur de bonnes bases.

Les derniers préparatifs sont en cours aujourd’hui. Demain, à l’aube, nous prendrons la route.
J’ai hâte...

Gerlin Carlac

Suivant >>