Crazy Orc, jeu de rôles et de figurines à Lyon
Vous êtes ici : Accueil » Souvenirs » Jeux de Rôle » Donjons & Dragons » Journal de l’expédition » Journal de l’expédition - 27e jour - Opiniâtre infortune

Journal de l’expédition - 27e jour - Opiniâtre infortune

D 20 février 2012     H 00:47     A Maniack Crudelis     C 0 messages


Jour 27

Cette dernière journée de voyage fut pour le moins mouvementée et chaotique. Une journée qui s’annonçait mal tant la nuit qui la précéda fut longue et désagréable. Des crapauds géants eurent l’idée merveilleuse de croasser jusqu’au lever du soleil.
Le réveil fut difficile ce matin, mais la perspective d’achever cette traversée nous ravissait. Nous avons occupé la matinée à la préparation de l’unique charrette qu’il nous reste, ce qui souleva de sérieux problèmes de logistique. En effet, nous consommons 50 litres d’eau par jour, or nous ne disposons que d’un tonneau de 50 litres. De plus, il ne nous reste que très peu de nourriture pour notre cheval. L’eau et la nourriture vont donc nous faire défaut, mais Andariel affirme avoir une solution à ce problème, elle serait capable de créer de l’eau et de la nourriture en quantité suffisante pour nous tous. Une aubaine.

Dés l’accostage du navire, nous pouvions apercevoir la modeste cabane de Merurin, isolée au pied de la montagne. Ses alentours étaient jonchés de rochers aux formes diverses.
Un rapide état des lieux de la cabane révéla que la porte principale avait été défoncée par une créature qui avait manifestement établi son antre ici. Par chance elle était absente à notre arrivée.
Nous avons donc débarqué tout notre matériel et installé un campement provisoire pour préparer un repas bien mérité.

Seul Merurin, comme à son habitude, est resté isolé sur son navire, tandis que nous étions tous rassemblés sur la terre ferme. Mais un vrombissement lointain vint troubler notre quiétude, un nuage de poussière s’élevait depuis les montagnes, comme si un énorme rocher en dégringolait.
Sans perdre de temps, nous nous mîmes en sécurité dans le navire, Bori, Andariel, Herdinis et Will se rapprochèrent de la cabane, les armes en mains.

A l’abri dans le bateau, je vis le monstre charger férocement nos gardes. Il semblait être un imposant taureau aux étranges reflets métalliques. Herdinis lui faisait face lorsque sa course se termina dans un gigantesque nuage de poussière faisant disparaître notre barbare.
Le combat ne cessait pas pour autant, puis je vis soudainement Herdinis éjecté hors de la poussière, comme si son corps était inerte. Heureusement, il se releva, mais il semblait être très gravement blessé.
Andariel faisait encore face au monstre, lorsqu’elle cessa subitement de bouger, noyée sous un souffle grisâtre. Je ne savais pas encore à ce moment qu’elle avait été changée en pierre par l’immonde créature, une gorgone !
La bête fit volte-face et se dirigea péniblement vers Herdinis, elle était manifestement blessée, mais notre barbare, lui, l’était encore plus.
Soudain, pris d’une rage soudaine, Herdinis se redressa et asséna un terrible coup d’épée au monstre. Mais cette attaque ne l’empêcha pas de se faire encorner violemment. Il abattu une seconde fois sa lame, rendant son dernier souffle à cette immonde créature.
La créature semblait inerte, mais il continuait à frapper avec rage. Finalement, Bori et Will parvinrent à l’arrêter et l’allonger au sol.

Après avoir rassemblé tout le monde sur le pont du navire, nous nous apprêtions à descendre lorsque Bori débarqua précipitamment. Il demanda avec insistance à Merurin une potion de soins, essentielle à la survie d’Herdinis, dont les blessures risquaient de lui être fatal. Mais ce que Bori ignorait alors, c’est qu’après son départ Merurin nous demanda une rétribution pour cette potion. Difficile de négocier un prix face à une personne de cette espèce, alors que la potion était déjà utilisée. Merurin nous demanda 3800 pièces d’or, soit la quasi totalité de ce que nous possédions...

Finalement, Herdinis pu être sauvé, aucun sacrifice n’est trop grand pour sauver une vie. Mais si il est hors de danger, il a toutefois besoin de repos, il lui faudra plusieurs jours pour sortir de sa torpeur.
Bien évidemment Merurin vit là encore une opportunité de tirer avantage de la situation, il proposa de louer sa cabane une semaine pour 40 pièces d’or. Nous ne pouvons prendre la route tant qu’Herdinis est blessé, et Will n’attendit pas pour l’installer dans la cabane, alors j’ai payé.

Nous voilà à présent installés pour une longue semaine, loin de tout, aux pieds des immenses montagnes du couchant. Herdinis est inconscient, il lui faudra du temps pour se remettre. Et Andariel a été changée en un bloc de pierre inamovible.
Nous touchons au but, mais il n’a pourtant jamais semblé si lointain.

Gerlin Carlac

<< Précédent - Suivant >>