Crazy Orc, jeu de rôles et de figurines à Lyon
Vous êtes ici : Accueil » Souvenirs » Jeux de Rôle » Donjons & Dragons » Journal de l’expédition » Journal de l’expédition - 21e jour - Tragédie nocturne

Journal de l’expédition - 21e jour - Tragédie nocturne

D 7 juin 2011     H 19:17     A Maniack Crudelis     C 0 messages


Jour 21

Cette expédition a détruit plus de vie qu’elle n’en sauvera jamais par ses desseins. Cette nuit encore fut le théâtre de fins atroces et prématurées, 6 personnes ont trouvé la mort sur le pont de ce navire, et parmi eux. Un être cher que nous connaissions bien, notre compagnon de route, Foransor Celitor...
Que son âme soit guidée par la pureté de la lumière du Seigneur de l’aube, qu’elle puisse lui permettre d’atteindre la sérénité éternelles des champs bénis de l’Élysée
Prions que Lathandre, notre père, de toute sa bienveillance, l’accueille en son sein.

Tout débuta par un réveil brutal, Andariel, comme elle sait si bien le faire, me sortit de mes songes avec sa délicatesse habituelle.
En chuchotant, elle m’expliqua que plusieurs bandits étaient montés à bord et qu’ils menaçaient l’équipage.
Bien qu’elle m’ait demandé de rester dans la tente sans bouger, je ne pu m’empêcher de jeter un oeil à l’extérieur pour voir de mes propres yeux ce qui se passait.
Tous les marins étaient agenouillés en droite ligne, suivis de nos compagnons. 5 bandits armés les tenaient en respect, tandis qu’un sixième ordonnait à Herdinis de rejoindre les autres. Si il semblait montrer un agacement certain, il s’exécuta tout de même.
Bori se fit réveiller par un autre d’entre eux, armé d’une arbalète. Mais très vite la situation dégénéra, tandis que Bori attaqua le bandit sans ménagement.
En un clin d’oeil, le pont du navire se transforma en champ de bataille, Herdinis assénait de terrible coup de pied au halfelin qui lui faisait face, Bori échangeait des tirs avec son ravisseur tandis que les marins s’en prenaient aux 3 autres bandits qui croyaient les tenir en respect.
Le dernier attrapa Paldeles Foranran, menaçant de la tuer si la situation ne rentrait pas dans l’ordre. Mais avant même que la situation ne puisse évoluer, Foransor lui sauta dessus, libérant Paldeles de l’emprise du bandit.
Ils lutèrent au sol, tandis que la bataille continuait à faire rage.
Herdinis ayant occis son adversaire halfelin, il se servit de son corps inerte comme d’une arme. Le tenant par la cheville, il l’envoyait tel un fléau d’arme sur ses adversaires.

L’un des bandits pris la fuite, tandis que ses 5 compagnons avaient perdus la vie...
C’est alors que nous découvrîmes avec horreur que l’acte héroïque de Foransor pour sauver Paldeles lui avait coûté la vie. Dans la lutte avec le bandit, il avait été blessé de plusieurs coups à l’abdomen, lorsque la bataille pris fin, il était déjà trop tard...

Il fut difficile pour la plupart d’entre nous de retrouver le sommeil après cette tragédie nocturne. La journée qui suivi fut tout aussi morose, Paldeles semblait très perturbée, sans doute se sent-elle coupable de tout cela.
Pourtant la responsabilité me revient entièrement, j’aurais du lui parler avant, plutôt que remettre sans cesse au lendemain. Aujourd’hui, il est trop tard.
Mais sa mort ne doit pas être vaine, nous devons continuer, nous devons parvenir au but, tout ça ne doit pas s’arrêter là. Je n’abandonnerais pas.

Mais le sort s’acharne contre nous, durant la journée, les marins s’agitèrent, notre navire prenait l’eau par le fond !
Nos compagnons, partis aider les marins dans la cale, découvrirent très vite la cause de ce sinistre. Des rats sanguinaires habitaient encore la cale du navire.
Galenel ne se fit pas prier pour me faire remarquer qu’elle me l’avait dit hier au soir.
Les rats, en rongeant le bois, avaient fait un trou à l’avant du navire. Pataugeant dans l’eau, nos compagnons entreprirent une chasse décisive. Mais si tous les rats sanguinaires ont pu être éliminés, Herdinis en sorti avec de graves blessures.

Lorsque la soirée arriva, l’un des marins vint nous prévenir que la nuit serait particulière. Plus tôt dans la journée, nous étions entrés sur le territoire du Monstre de la Chiontar, un poisson géant habitant le fond du fleuve.
Mais d’après lui, nous n’avons rien à craindre, nous devons simplement respecter une règle simple, toutes les lumières doivent être éteintes pour la nuit.

Depuis le début de cette traversée, rien ne s’est passé comme prévu. J’ai peur pour cette nuit...

Gerlin Carlac

<< Précédent - Suivant >>