Crazy Orc, jeu de rôles et de figurines à Lyon
Vous êtes ici : Accueil » Souvenirs » Jeux de Rôle » Donjons & Dragons » Journal de l’expédition » Journal de l’expédition - 14e jour - Subterfuge et manigance

Journal de l’expédition - 14e jour - Subterfuge et manigance

D 17 avril 2011     H 12:47     A Maniack Crudelis     C 0 messages


Jour 14.

Ce matin au réveil, Bori et Andariel n’étaient pas là.
Ont-ils quitté Beregost pour poursuivre Foransor plus au sud ? Ont-ils eu des problèmes à Beregost ? Je ne sais pas ce qui se passe là bas, et nous sommes là à attendre. Mais pour combien de temps, ils ne reviendront peut-être pas. Et alors toute cette expédition devrait s’arrêter là, tout ça pour rien.

Paldeles est venu me parler durant la matinée, elle m’a avoué la raison de son sentiment de culpabilité. Ce n’est en rien la dispute qui a éclaté il y a quelques jours avec Foransor qui la met mal à l’aise. Lorsque nous sommes partis de Beregost, elle a été très surprise qu’il ne lui dise rien à propos de la querelle de la veille, comme si il avait oublié.
Arrivé à Laralorlia, elle aurait pris un moment pour discuter avec lui, il semblait ne pas se souvenir de tout ça. Et en plus il plaisantait à propos de l’aubergiste, qui selon lui avec un gros nez.
Foransor n’avait jamais fais ça auparavant, c’était un homme strict, mais renfermé sur lui même. Pas un homme exubérant qui se moque d’un trait physique d’une personne qu’il ne connait même pas. Selon elle, ce n’était plus le même homme.
Elle n’a pas osé me dire quoi que ce soit hier, se sentant trop coupable de ne pas avoir réagit avant.

Elle a peut-être raison, Foransor était partis seul en ville pour acheter de nouveaux outils, et nous ne l’avons pas revu avant le matin. En un sens cette idée me rassure, mais cela signifie qu’il est peut-être encore quelque part à Beregost. Je ne sais que faire...

Je m’interroge. Cet homme, si ce n’était pas véritablement Foransor, discutait avec Bori et Andariel devant l’atelier, lorsque nous faisions réparer la carriole. La nuit dernière, Bori n’a pas pu le démasquer lorsqu’il tentais de s’enfuir. Au petit matin, Andariel n’a pas pu le rattraper. Et finalement tout deux partent à sa poursuite, et ils ne sont toujours pas revenu...
Ai-je fais une erreur ? Les enseignements de Lathandre sont-ils faux ? Tout homme qui a pêché peut se repentir et reprendre le droit chemin. Mais le veulent-ils vraiment ?
Galatea Skortïs, Socom et Kaven m’auraient rejoins pour fuir la justice du Téthyr et faire de moi leur prochaine victime ?
Je savais que je prenais un risque en acceptant trois criminels recherchés, mais c’était l’occasion de leur prouver qu’ils peuvent vivre en communauté, et aider ceux qui comptent sur eux.
Cadhas Gelant avait la foi lui aussi, il m’a expliqué qu’ils se présenterais sous de faux noms, « Mais ce qui importe ce n’est pas leur nom, c’est leur âme » m’avait-il dit.
Je ne veux pas en parler aux autres membres de l’expédition pour le moment, je ne veux pas tirer de conclusion hâtive.

Herdinis est venu me voir tout à l’heure après le repas, alors que je m’étais isolée aux abords du village. Il s’est assis à côté de moi et m’a demandé ce qui n’allait pas. J’ai pensé que je pouvais lui faire confiance, alors je lui ai expliqué brièvement mes doutes.
Il m’a expliqué qu’un homme ne risque pas sa vie si il n’a pas la volonté ferme d’aider son prochain. Si il est vrai qu’ils pourraient être attirés par l’appât du gain, il ne pense pas que nos trois compagnons de route aient pu fomenter un coup pareil et attendre si longtemps, alors que leur vie a été en danger à maintes reprises pour nous défendre.
Et il m’a dit une chose qui m’a redonné la foi et qui m’a fais réagir. Il m’a dit : « Aucun homme n’est fondamentalement mauvais, ils sont en souffrance. Mais pourtant, ils se battent pour vous, il est maintenant temps de leur prouver qu’ils n’ont pas fais tout ça pour rien. C’est à votre tour de les sauver. »
Il s’est alors levé, à sorti son arme et a ajouté : « Partons à Beregost, ensemble, nous allons les retrouver et les aider à mettre à terme à ce pillage. »
Je n’ai pas réfléchis, j’ai rassemblé tout le monde et nous somme repartis au sud. Nous allons les retrouver et les aider, si ils ont eu des problèmes, c’est de mon devoir de leur venir en aide.

Gerlin Carlac

<< Précédent - Suivant >>