Crazy Orc, jeu de rôles et de figurines à Lyon
Vous êtes ici : Accueil » Souvenirs » Jeux de Rôle » Donjons & Dragons » Journal de l’expédition » Journal de l’expédition - 14e jour, seconde entrée dans le journal - (...)

Journal de l’expédition - 14e jour, seconde entrée dans le journal - Derrière le voile de l’illusion

D 24 avril 2011     H 13:52     A Maniack Crudelis     C 0 messages


Jour 14, seconde entrée dans le journal

Normalement, je n’écris pas deux fois le même jour dans le journal, mais aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres. J’avais profité du voyage de retour à Beregost pour rédiger mes dernières lignes. Maintenant, il fait nuit noire, j’écris à la lueur du feu. Nous avons établit un campement, à dix kilomètres au nord de Beregost, j’espère voir revenir Bori, Andariel et Herdinis d’ici quelques heures.
Revenons en aux origines de cette situation.

En fin d’après midi, nous avons atteint Beregost, alors que nous approchions de l’entrée de la cité. A notre grande surprise à tous, Foransor Celitor a accouru dans notre direction. Il semblait affaiblit et portait des vêtements simples. Il nous expliqua très vite la mésaventure qui lui était arrivé.

Le soir de notre arrivée à Beregost, après l’attaque des trolls. Alors qu’il était partis seul au marché de nuit, un homme l’a accosté en lui disant qu’il savait où trouver le type d’outils qu’il cherchait. Ce n’est que le lendemain, en se réveillant avec une douleur au crâne, qu’il compris que c’était un piège.
Bori et Andariel étaient arrivés alors qu’il était prêt à quitter la ville.
Ils apprirent très vite, tout les trois, que les responsables de tout ça sont les occupants d’un hôtel privé au coeur de la ville. Mais la milice, n’ayant aucune preuve, ne peut rien faire contre eux.
Alors qu’ils essayaient de trouver une solution, un homme les a attaqué depuis le toit d’une boutique. Foransor nous expliqua alors avoir été blessé à de nombreuses reprises. Bori et Andariel ont finalement réussi à la faire descendre, mais la bataille continuant au sol coûta la vie à Andariel...
L’homme fut capturé et interrogé dans un campement de fortune, établi non loin d’ici.
D’après Foransor, Bori se serait montré d’une cruauté sans limite pour faire parler le criminel.

Finalement, après avoir solidement attaché ce dernier, il serait parti, laissant seul Foransor et cet homme, qui se fait appeler Mardan.
Mardan n’eut aucun mal à se libérer de ses liens, et au lieu de fuir, il resta là à discuter avec Foransor.
Il lui expliqua qu’il avait convenu d’un accord avec Bori, il était prêt a aider Bori à pénétrer dans l’hôtel privé, et atteindre le coffre de l’expédition, ainsi que leur salle au trésor. En échange de quoi, ils se partageraient le contenu des coffres. Il était clair pour lui que le coup ne pouvait pas être fait par une seule personne.

Comme l’avait dit Mardan, Bori revint au campement. Il confia quelques armes à Mardan et ils partirent ensembles, sans donner beaucoup plus de détails sur ce qu’ils comptaient faire.

Suite à ces explications, nous nous sommes rendu à ce campement. Le corps sans vie d’Andariel gisait sous une tente, le corps traversé d’une large entaille.
Foransor nous expliqua que Bori avait déjà rémunéré un prêtre local pour entreprendre un rappel à la vie.

Nous nous devions d’agir, si nous avons rebrousser chemin, c’est pour leur venir en aide. Il est temps pour nous de le faire.
Après avoir discuter entre nous, il apparaissait clairement que nos moyens d’actions étaient très limités.
Mais avec les informations de Foransor, il me vient une idée. Mardan avait dit à plusieurs reprises que leur patron, le propriétaire de l’hôtel était un coriace, qu’il serait un obstacle majeure dans leur infiltration.
Avec les informations que nous possédions maintenant, nous allions pouvoir faire agir la milice.

Foransor, Liodan, Herdinis Canegros, Lucan et moi-même sommes partis pour la milice. Nous avons fais un détour par le temple où c’était rendu Bori un peu plus tôt.
Et quelle ne fut pas ma surprise de constater que s’était un temple de Lathandre, le seigneur de l’aube.
Je n’eus aucun mal à le convaincre d’accélérer les choses, Andariel pourra être ramenée parmi nous dés ce soir. Lathandre veille sur nous, et nous pourrons compter sur lui pour assurer la bonne marche de cette expédition.

Avant d’arriver au poste de milice, Herdinis se sépara du groupe, afin de prendre sa position.
Nous avons pu obtenir un entretien très rapidement, et sans perdre de temps nous avons exposé les éléments de preuves dont nous disposions.
Mais il apparait que le propriétaire de l’hôtel est un homme influent au pouvoir, qu’à cela ne tienne. Nous n’exigions qu’une seule chose, qu’il soit amené ici séance tenante pour une confrontation avec Foransor.
Après une longue négociation, nous avons obtenu gain de cause, notre plan se déroule parfaitement.

Lorsque le propriétaire quittera l’hôtel pour se rendre à la milice, Herdinis lancera l’assaut sur le bâtiment pour faire diversion et permettre à Bori et Mardan de retrouver le coffre. J’espère qu’il a raison d’avoir autant confiance en lui. Nous devons gagner un maximum de temps à la milice.

Le propriétaire, un dénommé Dinharus Ivaheret, s’avère un habile orateur. Il sait manier les mots, et parvint sans mal à détourner les questions des miliciens, tout autant que les nôtres. Ce n’était guère un problème, jusqu’à un revirement inattendu, il s’est mis soudainement à accuser Lucan de divers crimes.
Avant que la situation ne tourne à notre désavantage, nous avons mis fin à l’entretien, prétextant l’outrage qu’il nous faisait en nous accusant ainsi.

Sans perdre de temps, nous avons rejoint le reste du groupe, resté à l’écart de la ville. Cet homme n’a aucune raison de connaitre le passé de nos gardes, mais ce n’est pas le moment de savoir si il bluffe.
Tandis que nous préparions la carriole pour repartir rapidement, plusieurs miliciens ont débarquer sur les lieux. Ils avaient en mains trois avis de recherches.
J’ai expliqué que Bori nous avais faussé compagnie il y a quelques jours. Et j’ai pu arguer qu’Andariel était décédée et que nous tenions à lui offrir une sépulture digne de ses croyances.
Mais je n’ai rien pu faire pour les empêcher d’emmener Lucan Stellos.

Alors que nous regardions impuissants Lucan se faire emmener par ces miliciens, nous nous sommes mis en route au plus vite vers le temple de Lathandre. Nous ne pouvons plus perdre de temps. Dagolant s’est porté volontaire pour se rendre à l’hôtel privé, afin de prévenir Herdinis et Bori qu’ils doivent revenir sans attendre.

Peu de temps après, tout les quatre nous rejoignirent au temple, ce dénommé Mardan était encore avec eux.
Bori et Herdinis étaient du même avis, notre dernière chance est qu’ils agissent vite en attaquant l’hôtel pour reprendre le coffre des mains de ces voleurs.
J’ai pu obtenir que Mardan et Herdinis soit soignés, Andariel quand à elle est remise sur pied.
En ce qui nous concernent, nous avons quitté la ville et nous sommes installés au nord de la ville en attendant qu’ils terminent.

Nous sommes prêt à partir dés qu’ils seront là.

Gerlin Carlac

<< Précédent - Suivant >>