Crazy Orc, jeu de rôles et de figurines à Lyon
Vous êtes ici : Accueil » Souvenirs » Jeux de Rôle » Le Livre des Cinq Anneaux » Enfin une piste !

Enfin une piste !

D 4 mars 2003     H 15:05     A Melchior     C 0 messages


Les troubles continuent au village. Mais les dieux ont peut-être décidé de changer le cours du destin...

Le lendemain matin, nos héros se retrouvèrent tous autour d’une table pour un petit déjeuner. Shugaï, comme à son habitude, restait silencieux. Tamashi, lui, dévorait tout ce qu’on lui amenait. Sidéré par tant d’appétit, Takagi le regardait tout en sirotant son thé au citron. Fushuto, l’air songeur, poussait avec ses baguettes les grains de riz restés dans son bol. Kobayshi se leva et se dirigea vers les écuries. Il faillit trébucher sur un corps inerte. En regardant de plus près, il reconnut l’acolyte du rônin qui avait défié Fushuto le jour précèdent. Il décida d’aller prévenir ses amis de sa découverte lorsqu’un des palefreniers fit son entrée, regardant tour à tour le cadavre et le bushi. Il fit demi-tour en criant à l’assassin ! Kobayshi essaya de le rattraper mais, en croisant le regard des villageois curieux, il comprit vite son erreur. Le jeune homme était déjà arrivé à la demeure du seigneur du village et pointait un doigt accusateur vers lui tout en parlant à un garde qui prit son naginata posé contre la guérite. Le garde se dirigea vers lui avec une attitude menaçante.

  • Arrêtez-vous là, vous êtes en état d’arrestation.
  • Je pense que vous faites erreur, ce n’est pas moi le coupable.
  • Ne bougez pas, ce sera Kirimi-san [1] qui en jugera.

Résigné, il détacha son obi [2] et le laissa tomber à terre.
Pendant ce temps-là, à l’auberge, les autres continuaient de déjeuner. Enfin, seul Tamashi continuait de manger… Des cris à l’extérieur leur parvinrent. Fushuto et Shise se dirigèrent vers la sortie pour voir de quoi il retournait. Quelle ne fut pas leur surprise de voir Kobayshi proprement ficelé, tiré par deux gardes en direction des écuries. Le jeune noble du village suivait le cortège, sa tenue débraillée indiquait qu’il avait dû s’habiller avec précipitation. Fushuto retourna vers ses compagnons pour les informer de la situation.

  • Vite ! Kobayshi a été arrêté !
  • Pourquoi ? demanda Tamashi, manquant s’étouffer avec la dernière bouchée.
  • Je ne sais pas, mais nous devrions allez voir ce qui se passe.

Tous se levèrent et se dirigèrent vers l’écurie où Shise était déjà. Stupéfaits, ils virent le Licorne penché sur le cadavre d’un rônin étrangement familier. Le Licorne se releva et indiqua à ses hommes de détacher Kobayshi.

  • Libérez-le ! Le corps est froid. Ce n’est donc pas lui qui a tué ce rônin.
  • Je vous avais dit que j’étais innocent ! Mais je comprends la réaction de vos gardes. A leur place, j’aurais fait la même chose.
  • Leurs instructions sont précises. Mais j’aimerais savoir ce qui c’est passé dans cette écurie. Je suppose qu’aucun d’entre vous ne sait ce qui s’est passé ?
  • En effet, vous nous en voyez désolés, répondit sincèrement Fushuto.
  • Où est le garçon d’écuries qui vous à prévenus, garde ?
  • Je ne sais pas, Kirimi-san.
  • Vous n’êtes vraiment d’aucune utilité.

Rougissant et baissant la tête, le garde sortit pour voir s’il pouvait remettre la main sur le garçon.

  • En attendant, messieurs, j’aimerais que vous quittiez le village au plus vite. Votre présence ici a provoqué autant de morts en une journée que les dix dernières années.
  • Je comprends très bien, mais nous avions quelques questions à poser à votre forgeron. Hier nous n’avons pas eu le temps de le faire, répondit Takagi.
  • Je sais pourquoi vous êtes là, vous venez enquêter sur ce qui s’est passé au Village de l’Espérance Infinie.
  • Et comment le savez-vous ? demanda Tamashi intrigué.
  • Toute la région est au courant. Croyez-vous que, dans au village aussi petit, il y ait toujours vingt gardes armés, comme c’est le cas aujourd’hui ?
  • En effet, le clan Licorne a-t-il eu vent de troubles particuliers dans le secteur ? demanda Shise.
  • Evidemment ! Nous ne sommes pas assez stupides pour laisser nos villes et villages sans surveillance. Il y a eu d’autres attaques, tout près d’ici. Mais elles ont été repoussées, non sans pertes. Au moins, les villages ont pu être sauvés. Et ensuite, notre Daimyo a demandé l’aide du Champion d’Emeraude. Apparemment vous n’aviez pas tous les éléments en votre possession.
  • Etiez-vous au courant pour les armes des gobelins ? demanda Takagi à brûle-pourpoint.
  • Bien sûr ! Et notre clan a déjà fait son enquête. Aucun de nos artisans n’a fait ses armes.
  • Mais alors, qui ?

A la surprise de tous, un vieil homme venait d’entrer dans l’écurie. Tous se tournèrent vers l’homme. De haute stature et en armure lourde, il était certainement bushi. A ses couleurs, on pouvait l’identifier comme un membre du clan Licorne. Le jeune noble reprit la parole :

  • Je vous présente Otaku Masahiro, le seigneur de ce village et des terres avoisinantes.
  • Je pensais que c’était vous, dit Fushuto.
  • Non. Je suis envoyé par notre Daimyo, pour faire une enquête et prouver l’innocence de notre clan dans cette histoire. C’est pour ça que je suis autant au courant. Mais apparemment, cela ne vous avait pas mis la puce à l’oreille.
  • A moi, si, se vanta Shugaï.

Les autres lui lancèrent un regard noir lourd de signification. Et Kobayshi intervint à son tour.

  • Peut-être pourriez-vous répondre à la question que vient de poser Masahiro-san ?
  • Selon moi, ces armes ont été fabriquées dans le clan Pégase.
  • Le clan Pégase ? Aucun clan ne s’appelle comme cela ! dit le seigneur des lieux.
  • C’est un nouveau clan mineur que l’empereur vient d’autoriser à se former. Et si mes informations sont correctes, il réside a la frontière nord du clan Licorne, dans la chaîne de montagne qui limite Rokugan, dit Takagi.
  • Vous dites vrai, Phénix. Vous confirmez la réputation de votre clan, lui répondit le jeune noble.

Takagi inclina la tête pour le remercier du compliment. Puis il poursuivit :

  • Ce clan s’est formé suite à l’alliance d’une des filles de notre Daimyo et d’un jeune noble du clan Lion. Eux seuls auraient pu imiter aussi facilement notre Mon et la qualité de nos armes.
  • Avez-vous des preuves de ce que vous avancez là ? demanda Fushuto.
  • Bien sûr, nos postes frontaliers ont noté d’importants convois de marchandises venant de leur clan. Et à mon avis, ce n’est pas le fruit de la culture du riz.
  • Pourquoi auraient-ils fait ça ? demanda Kobayshi.
  • Quoi d’autre que l’argent pour motiver une telle trahison ? Nous avons envoyé une dizaine de vierges de bataille là-bas pour vérifier, mais elles ne sont pas encore revenues.
  • Depuis combien de temps sont-elles parties ? demanda Tamashi, pour qui la conversation avait prit une tournure intéressante.
  • Cela fait bientôt un mois. D’ailleurs la Daimyo de la famille Otaku commence à se faire du souci pour ses troupes.
  • Nous parlons des vierges de bataille ? Aucune force ne pourrait en venir à bout ! se vanta le vieux seigneur.
  • Je le sais ! Je pense que les envoyés du Champion d’Emeraude vont quand même aller y faire un tour, pour voir ce qui s’y passe. Et, le cas échéant, procéder aux arrestations qui seront certainement inévitables.
  • Et, le cas échéant, porter secours à ses jeunes et jolies vierges de batailles, dit Fushuto en faisant un clin d’oeil à Tamashi.
  • Je suis content que vous puissiez vous en occuper. Cela m’évitera de me déplacer. Le voyage jusqu’à là-bas risque d’être long, avec ces montures.
  • Ce sont les plus beaux poneys du Champion d’Emeraude ! répliqua Shise, vexé.
  • Je m’en doutais. Mais je vous propose de vous faire le prêt de six chevaux de monte gaijin [3] qui sont beaucoup plus adaptés aux reliefs des Montagnes Tonnerre.
  • Nous acceptons avec joie ! dit Fushuto.
  • Vu qu’ils n’ont pas besoin d’être ferrés, vous ne perdrez plus de temps inutilement.
JPEG - 8.7 ko
Un poney
Rien de comparable entre un poney...

Tous sortirent en s’inclinant devant les deux Licornes en guise de remerciement. Une fois sorti, Shugaï se dirigea vers l’arrière de l’auberge pour mettre un grand coup de katana dans un baril servant à recueillir l’eau de pluie. Sous l’impact, le baril explosa, répandant son contenu sur les sandales du Scorpion. Ce fichu Licorne leur avait mâché le travail. S’il n’avait pas déferré le poney de Takagi, ils seraient certainement en train de faire le tour de tous les forgerons du clan Licorne. Au lieu de cela, Megumi, dont ils avaient invoqué le nom pour masquer ses actes en malchance chronique, les avaient remis sur la piste à une vitesse défiant toute concurrence. Il planta rageusement sa lame dans le sol et se mit à genou pour réfléchir. Il se rendit compte qu’il s’agenouillait dans une flaque, due a l’eau du tonneau qu’il venait de détruire. Décidément, Megumi avait une dent contre lui !

JPEG - 14.6 ko
Cheval gaijin
... et un cheval de monte gaijin !

De leur coté, nos cinq héros se préparaient avec allégresse. La chance leur souriait à nouveau et il fallait en profiter. Avant la fin de la matinée, tous furent prêts à se remettre en route. Puis Kirimi leurs apporta six magnifiques chevaux. Ils mesuraient le double de leurs poneys, leur musculature était belle a voir. Le temps de s’habituer a ces nouvelles montures et ils reprirent la route en direction du Nord. Kirimi les regarda partir avec un soupir de soulagement. Au moins, la vie du village redeviendrait tranquille ! Puis il retourna vers la demeure de Masahiro-san. Tout en marchant, il se souvint qu’il ne les avait pas prévenu que des gardes de son clan à forte influence gaijin gardaient la frontière nord. Haussant les épaules, il reprit sa marche vers la maison où l’attendait du saké bien tiède…

Précédent - Suivant

[1Ajouter san à la fin d’un nom propre est une marque de profond respect.

[2L’obi est une ceinture de kimono qui, dans le cas des samouraïs, contient toutes les armes.

[3Tout ce qui n’est pas nippon est gaijin.

Dans la même rubrique

23 juin 2003 – L’ennemi se présente

23 juin 2003 – La volonté de Shise

11 mars 2003 – Les montagnes Juro-Jin

25 février 2003 – Un voyage difficile

25 février 2003 – Le village de l’espérance infinie

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?